Date limite de consommation : règle justifiée ou contrainte discutable?

Publié le 15 juin 2021

Conservation des aliments en pot

Umano encourage les mouvements et initiatives qui permettent de réduire le gaspillage alimentaire. Vendre des fruits et légumes « imparfaits » (Second Life, Loop, etc.) fait par exemple partie de cette logique dans laquelle l’entreprise s’inscrit. Dans cet article, nous vous partageons quelques réflexions sur la date limite de consommation (« meilleur avant… ») : un autre bon moyen de lutter contre le gaspillage alimentaire!

Les règles de consommation en 3 points :

  1. Si l’aliment se conserve au moins 90 jours, il n’y aucune obligation d’inscrire une date limite de consommation.
  2. Il est de la responsabilité de la compagnie de déterminer si la durée de conservation est inférieure ou supérieure à 90 jours. Dans le cas du chocolat par exemple, certains indiquent de le consommer dans les 12 mois après la fabrication, d’autres parlent de 24 mois (chocolats emballés individuellement). C’est donc assez aléatoire et subjectif.
  3. La vente d’un produit ayant dépassé la date ”meilleure avant” est totalement légale.

Ainsi, la réglementation canadienne est bien souvent moins contraignante que ce que les compagnies s’imposent réellement.

En plus, il arrive que la date limite de consommation indiquée soit basée sur des attributs physiques du produit. Par exemple, au bout de quelques mois, un beurre de noix va être moins esthétique puisque l’huile remontera à sa surface, alors que le produit n’en est pas altéré pour autant.

Café biologique équitable

L’exemple du café

Le café n’est donc pas soumis à un affichage de date limite de consommation. Les torréfacteurs estiment que le café en grains doit être consommé dans les 12 mois. On conseille cependant de le consommer dans les trois mois après la torréfaction. C’est pourquoi les torréfacteurs avec qui nous travaillons fournissent une date de production.

L’essentiel, selon la plupart des experts, est de ne pas moudre son café à l’avance. Et de le conserver dans un emballage hermétique, à l’abri de la lumière, de l’oxygène, de la chaleur et de l’humidité. Ainsi, un café conservé au réfrigérateur ou au congélateur risque de se dégrader plus rapidement en raison de la condensation et de l’humidité.

L’important : bien conserver ses aliments

La plupart des produits Umano (chocolats, thés, épices, fruits séchés) doivent être conservés au sec, dans des contenants hermétiques avec le moins d’air possible, à l’abri de la lumière, des fortes chaleurs et de l’humidité. Par exemple, si vos mangues séchées viennent dans un sac en papier, transférez-les dans des contenant en plastique ou un pot en vitre à la maison.

C’est aussi un des avantages de l’achat en épicerie zéro déchet, puisque vous avez le choix d’acheter la quantité que vous souhaitez, au fur et à mesure de vos besoins.

Un réflexe à prendre qui peut vous permettre de garder vos aliments plus longtemps que ce que vous pensez!